—  Envie de changer de JOB chez VIVARTE —

                                                                             01 Aôut 2016

Nous vous informons qu'une plateforme Mobilité est ouverte et celle-çi vous permettra de consulter les postes disponibles au sein du Groupe et si vous le souhaiter, de vous positionner sur la/les offres de votre choix.

Voir lien çi-dessous. Cliquez


 

—  Un tribunal de grand instance pour la CEC.

Les 5 Syndicats CFTC, CGT, CFE-CGC, SUD VIVARTE et CGT/FO saisissent le tribunal.

 29 Juillet 2016

 

 

Les cinq CHSCT de l'établissement Magasins de la CEC ainsi que le CCE ont saisi le tribunal de grande instance de Paris en référé d'heure à heure. La mise en place d'une telle procédure est exceptionnelle, c'est une procédure d'urgence. Le dialogue social dans cette entreprise du groupe est inexistant depuis plusieurs mois, que ce soit dans les magasins, au dépôt logistique d'Issoudun ou bien encore au siège social.

La goutte qui a fait déborder le vase, c'est le non respect des procédures d'informations consultations des instances concernant le projet de mise en place des magasins à la typologie, et l'opération déstockage sur la période été. Les membres de la Direction (Ludwig Rabotin DRH, Nicola Téti PDG, et Cedric Lagarigue directeur commercial) ont l'intention de déployer ces projets dans l'urgence en pleine période estivale quand les équipes magasins sont en vacances, dans le mépris des règles élémentaires de sécurité, du respect des conditions de travail des salariés, foulant du pied leurs obligations d'assurer la santé et la sécurité de ses salariés. Aucune étude n'a été réalisée pour connaitre les impacts de ces projets sur les conditions de travail des salariés, aucune étude financière sur les coûts que de telles opérations allaient avoir, n' ont été présentées aux IRP, aucune formation d'adaptation n'a été prévue pour les salariés etc.... Ce sont toutes ces raisons qui ont amené les élus des 5 syndicats, CFTC, CGT, CFE-CGC, SUD Vivarte  et CGT/FO, à mettre en place cette procédure d'exception.

L'audience du tribunal est prévue le 1er Aout

Cette négociatrice qui est devenue une star du redressement d'entreprises

  —

25 Juillet 2016

PORTRAIT Hélène Bourbouloux, fondatrice et associée gérante du cabinet d'administrateurs judiciaires FHB, a remporté le Prix de la femme d'influence 2015. Voici ce qu'il faut savoir d'elle, en cliquant sur le lien ci-dessous.



—  URGENT: Comité de Groupe Extraordinaire à la demande de Stéphane Maquaire—

                                                                            22 Juillet 2016

 

Alors que nous sortons d'un comité de groupe extraordinaire ou il à fallu par la pression contraindre la direction de nous tenir informé sur les sessions et rapprochement d'enseigne et du devenir de Vivarte.

Nous nous inquiétons une fois de plus d'une demande urgente de la tenue d'un nouveau Comité de Groupe extraordinaire le lundi 25 Juillet à 14 h 30 mais cette foi a l'initiative de la direction ...Pourquoi ce revirement de dernière minute, nous en savons absolument rien.
Une double inquiétude sur le fait que Stéphane Maquaire ne veuille donner l'ordre du jour qui reste confidentiel, seul point à l'ordre "ACTUALITES"

-

Vivarte englué dans ses difficultés

 

                                                                          20 Juillet 2016

Ce n'est pas encore le chaos. Mais c'est quand même un désordre quasi généralisé qui affecte Vivarte. Ce mercredi après-midi s'est tenu le comité de groupe extraordinaire demandé par les syndicats et auquel dans un premier temps la direction de Vivarte avait tenté d'échapper. Il porte notamment sur la fusion Halle Chaussures/Halle Vêtements souhaitée par Stéphane Maquaire, le président depuis ce printemps. Mais aussi sur le « don » pour un prix dérisoire d'un stock important de chaussures de La Halle à Défi Mode, en cours de cession. Et évidemment toutes les questions sur l'avenir de Vivarte.En guise de hors-d'oeuvre, le comité central d'entreprise de La Halle Chaussures avait d'ailleurs demandé mardi la saisie de ces stocks. Selon Le Monde, des invendus ont déjà été retirés d'une centaine de magasins pour être vendus 1,5 million d'euros pour une valeur de 23 millions !Les sujets de tensions ne manquent pas entre les représentants des salariés et la direction de Vivarte. Comme la cession de Kookaï, Chevignon et Pataugas. Selon nos informations, cette cession avait été décidée par l'ancien directeur général, Massimiliano Messina, aujourd'hui en dehors du groupe en liaison avec le président d'alors, Richard Simonin.Face à la situation financière toujours aussi catastrophique selon certaines sources, les fonds actionnaires s'opposent sur la stratégie. Selon certaines informations, le plan de fusion entre Halle Chaussures et Halle Vêtements n'aurait pas été validé une nouvelle fois au conseil d'administration qui s'est tenu cette semaine comme au précédent du 8 juillet dernier.
Un élément clé pourtant de la stratégie que souhaite Stéphane Maquaire.Pendant ce temps-là, la dette court. Ou plutôt les dettes. Selon nos informations, la dette dite ancienne se monte à 800 millions d'euros et la nouvelle à 500 millions. Toujours selon nos informations, leur cote révèle une vraie défiance sur la capacité du groupe à les rembourser. Celle de l'ancienne dette se montait à 70 il y a quelque temps quand Richard Simonin était président, juste avant Stéphane Maquaire. Elle serait tombé à 32. La cote de la nouvelle dette serait, elle, passée de 105 à 90. « on ne sait plus du tout où on va chez Vivarte... Aujourd'hui le groupe ne vaut plus rien ». Lors du comité de groupe extraordinaire de ce mercredi après-midi, Stéphane Maquaire a souligné qu'il présenterait officiellement son plan fin août-début septembre. En insistant sur le fait qu'il n'était pas venu pour démanteler le groupe. Selon les représentants syndicaux, la réunion se serait tenue toutefois dans une ambiance apaisée. C'est déjà ça...
 

La TYPOLOGIE en stand-by..

                                                                        20 Juillet 2016

 

La direction a tenté de passer en force la mise en place de la typologie sur les magasins de la CEC , ce projet qui a vu sans doute le jour dans un esprit torturé devait être mis en place dans les prochains jours....

A l'issue de la présentation qui leur a été faite, chaque CHSCT a voté à l'unanimité une résolution dans laquelle ils demandaient l'assistance d'un cabinet d'expert dans le but de rendre un avis éclairé sur les répercussions que ce projet allait avoir sur les conditions de travail des salariés. La Direction en réponse à la demande légitime des CHSCT, a, à son tour lu une délibération dans laquelle elle indiquait qu'elle allait utiliser tous les moyens de droit qui lui sont ouverts pour contester les demandes de recours à un expert.

Le 19 juillet lors du CCE la Direction, en début de séance, a informé l'assemblée que le point concernant la consultation du CCE sur le projet de mise en place de la typologie ne serait pas abordé; sans donner plus d'explications. Que cache cette mise en pause du projet?

La Direction aurait-elle, engagé des recours judiciaires pour contrer les expertises, ou a t'-elle pris en considération les demandes des CHSCT? à suivre...

-

Vivarte : Le nouveau plan de Stéphane Maquaire

                                                                             14 Juillet 2016


Alors que la direction de Vivarte a confirmé récemment la mise en vente de Kookaï, Chevignon et Pataugas, un deuxième plan de la stratégie de Stéphane Maquaire, arrivé ce printemps à la direction du groupe, se dessine. Le président de Vivarte a présenté au conseil d'administration du 7 juillet un plan de fusion de la Halle Chaussures et de la Halle Vêtements. Il s'accompagnerait de la fermeture d'une centaine de magasins, et toujours selon un media, d'un nouveau plan social.
Un plan dont la rumeur courant depuis plusieurs semaines et qui nous a été confirmé par un acteur du dossier. Depuis le PSE qui a affecté la Halle Vêtements l'an dernier, il était évoqué la mise en place d'un nouveau plan cette fois pour la Halle Chaussures. La CFTC du dépôt Logistique CEC en fait d'ailleurs état depuis des mois. Il suffit de regarder les chiffres publiés de la Compagnie Européenne de la Chaussure qui exploite la Halle Chaussures et Maroquinerie. Son chiffre d'affaires est passé de 642,46 millions d'euros à fin aout 2014 à 607,39 millions à fin aout 2015. L'entreprise est passé d'un petit bénéfice de 8,6 millions d'euros à une perte de 31,7 millions. Et la situation se serait encore dégradée sur le premier semestre 2016 selon nos informateurs du siège. Encore faut-il que les multiples actionnaires de Vivarte soient d'accord. Cela n'a pas été le cas au conseil d'administration du 7 juillet dernier sur la fusion des deux Halles. Un autre conseil est prévu le 19 juillet. A noter aussi qu'entretemps Richard Cuif, le directeur des ressources humaines arrivé début juin dernier de chez Devanlay-Lacoste, a été remercié et a quitté le groupe fin de semaine dernière. Une information révélée le 11 juillet sur notre site. Enfin, selon nos informations, l'enseigne Défi Mode et ses plus de 80 magasins seraient en passe d'être cédés à son Pdg actuel, Nenard Jeremic, pour à peine un euro symbolique; Qui plus la Compagne européenne de la Chaussure lui offrirait pour plusieurs millions d'euros de stocks, preuve s'il en est des disponibilités ! Sur toutes ces questions, les représentants syndicaux avaient réclamé la tenue d'un comité de groupe extraordinaire. Richard Cuif l'avait refusé. Stéphane Maquaire, selon nos informations, vient de donner son accord. Il est vrai que la situation financière de Vivarte ne s'arrange pas notamment avec la mévente générale sur le secteur de l'équipement de la personne . « Il est vrai que les conséquences des attentats de l'an dernier et la méteo de ce printemps et du début d'été n'aident pas à dynamiser la fréquentation en magasins », souligne un des acteurs du dossier. Tout en précisant : « Même si Kiabi par exemple est en croissance ».Selon ce même acteur, la direction de Vivarte chercherait à éviter un PSE pour la Halle Chaussures tant la procédure est longue et couteuse afin de ne pas handicaper plus encore les finances du groupe. Malgré les essais de redressement et les « chirurgiens » successifs à son chevet, Vivarte est ainsi plus que jamais sous perfusion.


Vivarte : Richard Cuif remercié après un petit mois à la direction des ressources humaines

Richard Cuif n'aura passé qu'un petit mois à la direction des ressources humaines du groupe Vivarte. L'ancien DRH du groupe Devanlay-Lacoste avait été nommé par Stéphane Maquaire, président de Vivarte, le 9 juin dernier. Celui-ci vient d'annoncer son départ par une note interne datée de lundi ( voir çi dessus )où il stipule que « les conditions nécessaires n'étaient pas réunies à l'exercice de la fonction de DRH groupe par Richard Cuif ».

Selon nos informations, Richard Cuif aurait payé une sorte d'intransigeance vis-à-vis des représentants syndicaux. Ceux-ci avaient demandé la réunion d'un comité groupe extraordinaire concernant les cessions de Kookaï, Chevignon et Pataugas, refusée par Richard Cuif. En auraient découlé des tensions très importantes qu'aurait donc voulu calmer le PDG du groupe.Par cette même note, Stéphane Maquaire annonce la reprise de la fonction par le secrétaire général du groupe, Jean-Jacques Doeblin, qui assurait celle-ci précédemment. Par ailleurs, il annonce la nomination de Jean-Jacques Doeblin au conseil d'administration.« L'exercice cumulé des fonctions de secrétaire général et DRH Groupe répond pleinement à mon souci de simplification, proximité et sens du collectif de l'organisation », souligne Stéphane Maquaire. Plus qu'à espérer et prier que Stéphane Maquaire et son plan statégique qu'il nous présentera en Septembre sera plus efficace que ses choix en recrutement.

Tôt ou tard tout se sait Mr Maquaire !!!—

                                                                                10 Juillet 2016

 

Alors que Richard Cuif et Stéphane Maquaire voulaient nous réunir le 4 juillet , le même jour, il ont envoyé Jean Jacques Doeblin réunir le CE de Defi Mode , pour annoncer la reprise par Nenad Jeremic de l'entreprise .

Cadeau de 22 Millions € pour défi mode

22 millions d'euros c'est le cadeau de départ que fait la CEC au repreneur de défimode, Nenad Jeremic actuel PDG de cette enseigne, ce cadeau va être fait sous la forme de marchandises vendues avec une dépréciation ? En effet, la CEC va faire retirer de l'ensemble de ses magasins des produits hiver d'une valeur totale d'environ 23 millions d'euros qui vont être cédé pour un peu plus d' 1,5 M€. La "vente" de ce stock à défimode avant la finalisation du rachat est une vraie aubaine pour le repreneur! Il est fort à parier que la CEC ne sera pas la seule filiale à faire un joli cadeau de départ à Nenad Jeremic en gonflant les stocks de défimode. A voir s'il ne font pas la même chose avec les autres filiales du groupe !

Rapprochement LA HALLE! et CEC dans les tuyaux

Depuis plusieurs mois nous observons avec intérêt les "tests" menés par les directions de LA HALLE! et de la CEC concernant les magasins mixtes, la mise en place de corners chaussures dans les magasins vêtements etc..... il n'y a pas que dans les magasins ou des rapprochements sont menés. Nous avons également vu le site web fusionner avec une équipe principalement composée de salariés de la CEC (dans l'équipe il y a 1 salarié LA HALLE!) . Le DRH est commun aux 2 enseignes; le DG de LA HALLE! est en interim etc... Tous ces constats nous laissent à penser qu'un rapprochement serait dans les tuyaux. Ce rapprochement serait officieusement confirmé par Stéphane Maquaire au cours d'une réunion informelle avec 2 organisations syndicales. La confirmation officielle devrait être annoncée en septembre lors du prochain comité de groupe, ou le PDG doit présenter son business plan! Comme pour KOOKAÏ le problème des postes et services en doublon au siège et à la logistique va se poser, que vont devenir les salariés? Comment vont ils être sorti, si ce rapprochement est mis en place?

Droit d'alerte économique à la CEC

Le 8 juillet le cabinet d'expertise du CCE de la CEC a présenté les résultats à fin février; ceux ci sont catastrophiques, en 4 ans cette entreprise a perdu plus de 100 millions d'EBITDA. La direction n'arrive pas à atteindre ces budgets prévisionnels qui ont été révisés à la baisse à plusieurs reprises au cours des exercices. La dernière projection présume une arrivée à fin août à moins de 7M€. Cette chute vertigineuse est due à la conjoncture difficile du marché de l'équipement de la personne qu'une politique commerciale désastreuse n'a fait qu'aggraver . A la lecture des comptes d'exploitation des magasins, les membres du CCE ont constaté que plus de 160 MAGASINS sur environ 700 étaient en contribution négative à fin février. Vu les résultats de la saison actuelle, cette tendance risque de s'aggraver d'après les experts. Après ce constat alarmant et l'annonce de la fermeture de 5 magasins supplémentaires les membres du CCE ont informé la direction qu'ils allaient mettre en place un droit d'alerte économique avec l'aide du cabinet SECAFI ALPHA.

Vente KOOKAI, les risques

Il y'a quelques mois une restructuration a eu lieu chez Kookaï avec PSE à la clef. Il y a eu également d'autres effets, comme l'externalisation du web qui fait appel depuis plusieurs mois à un prestataire (sans doute l'effet GENPAC). Ce n'est pas tout, la logistique kookaï a été entièrement intégrée à celle de Naf naf et Chevignon.

Cette intégration a créé de nombreux postes en doublon à tous les niveaux hiérarchiques. Nos représentants CFTC dans cette entité ont tiré la sonnette d'alarme dès qu'ils ont eu connaissance de cette intégration et des risques que cela allait faire peser sur l'emploi de la logistique.

Demain quand KOOKAÏ sera vendu et quittera le groupe la pérennisation des emplois va être mis en cause, c'est la préoccupation première de notre équipe en place.


 

Le président de Défi Mode, Nenad Jeremic, a fait une offre de reprise au groupe Vivarte qui souhaite se séparer de l'enseigne.


C'est peut-être la fin d'une longue période d'incertitude pour les salariés de Défi Mode. Mise en vente à la fin du mois de janvier par le groupe Vivarte, la société avait attiré l'attention de plusieurs repreneurs. Une fois écartés ceux qui refusaient de racheter les trois pôles de l'enseigne - siège, magasins et logistique -, deux dossiers restaient en lice.

Le lundi 4 juillet, s'est tenue au siège brivadois, la première réunion exceptionnelle du comité d'entreprise concernant le projet de cession, en présence notamment de Jean-Jacques Doeblin, secrétaire général du groupe Vivarte. Mais aussi et surtout en présence de Nenad Jeremic. L'actuel président de Défi Mode s'est présenté comme repreneur et fait une offre auprès de la direction de Vivarte. Offre qui a retenu l'attention de celle-ci.

- Courrier du Secrétaire du Comité de Groupe et réponse du DRH à celui ci —

                                                                               05 Juillet 2016

-

Jacques Lévy : "Un ensemble comme Vivarte ne peut marcher que si la locomotive fonctionne bien"

                                                                                05 Juillet 2016

Un groupe avec des filiales au positionnement hétéroclite comme Vivarte est-il viable ? Alors que celui-ci met en vente Kookaï, Chevignon et Pataugas, l'ancien président de Kookaï aujourd'hui consultant, Jacques Lévy, s'interroge !

Vivarte a choisi de vendre certaines filiales. Qu'en pensez-vous ?

C'est difficile à appréhender. Quand j'étais dans le groupe, on pensait que la diversité qui y régnait était une sorte de sécurité. Si une enseigne ou une branche ne fonctionnait pas bien, on se disait que l'on pouvait s'appuyer sur d'autres. C'en était même une fierté. On évoquait notamment l'apport de créativité entre les enseignes mode et celles de mass market.


 Vous semblez sceptique aujourd'hui ?

JL : En fait, je me rends compte qu'un tel ensemble ne peut marcher que si la locomotive, en l'occurrence la Halle chez Vivarte, fonctionne bien. Si ce n'est pas le cas, les autres enseignes ne peuvent pas compenser. D'ailleurs, cela touche d'autres groupes comme Fast Retailing notamment. La réalité aujourd'hui est que son enseigne principale, Uniqlo, souffre au Japon, qui pèse la grande majorité de l'activité. Ce ne sont pas les autres marques comme Comptoir des Cotonniers et Princesse tam.tam qui compensent. Bien au contraire. Sur le papier, on peut penser que des synergies sont possibles. Mais sur le terrain, cela ne fonctionne pas. On peut parler de synergie intellectuelle, mais pas économique, même si cela rassure les dirigeants. En fait, pour que cela marche, il me semble qu'il faut une certaine cohérence entre les enseignes. L'exemple le plus évident c'est chez SMCP (Sandro, Maje Claudie Pierlot). Là, les surfaces des boutiques sont quasiment les mêmes. Le groupe n'est pas écartelé comme chez Vivarte entre des 2 000 m2 et des 70 m2.FM : SMCP, c'est un rapprochement de marques. Dans le retail, avez-vous des exemples positifs ?

SMCP, c'est un rapprochement de marques. Dans le retail, avez-vous des exemples positifs ?JL : Sans doute, c'est cohérent chez Inditex. Les surfaces des magasins sont quand même plus proches. De même chez H&M. Mais il faut noter aussi que, majoritairement, ces groupes ont créé leur diversification. Ils n'ont pas à 100 % procédé par rachats alors que ce fut le cas chez Vivarte. J'ai l'habitude de dire que des chats ne font pas des chiens.
C'est important aujourd'hui alors que la bagarre est féroce de bien connaître les « petites » enseignes, comment elles fonctionnent, ce qu'elles peuvent apporter, leur limite, etc. Chez Vivarte, mais pas seulement, les enseignes sont trop hétéroclites pour pouvoir continuer à vivre ensemble quand l'enseigne phare du groupe s'effondre !

—La rencontre avec Stéphane Maquaire et Richard Cuif se passe mal

                                                                            04 Juillet 2016

Ce matin nous avions réunion avec Stéphane Maquaire et Richard Cuif afin de parler du projet de cessions des 3 enseignes kookai chevignon et Pataugas. Suite à la demande de toutes les organisations syndicales de formaliser cette information d'une façon officielle par l'organisation d'un comité de groupe extraordinaire, devant le refus de la direction de tenir celui ci, les syndicats CFTC CFDT CGT et Sud ont quitté la table de cette réunion.
Les 2 syndicats restants ont eu comme information de Stéphane Maquaire qu'un PSE pourrait être envisagé au sein de la CEC .

Effectivement une centaine de magasins CEC sont non contributifs.La direction mettrait en place plus qu'une direction des 2 halles. Il y aurait donc un projet de création de magasins mixte chaussures et vêtements. Au cas où, il y avait fusion des 2 enseignes..Il faudra se poser la question à l'avenir si ce n'est pas dans l'attention de gonfler cette enseigne afin de mieux la vendre à un autre groupe que le notre avec les magasins qui vont avec afin de récupérer un maximun de cash aux actionnaires. Et si malheureusement demain, nos suppositions s'avéraient vraies, attention à la logistique !!!
Sachant que certains concurrents ont leurs propres logistiques. A suivre...

—  Démantèlement du Groupe Vivarte

                                                                               02 Juillet 2016

Ce que nous craignions depuis des mois est en train de se réaliser. Nous venons d'apprendre que le groupe veut se séparer de trois enseignes: KOOKAI, CHEVIGNON et PATAUGAS. Le processus d'information des enseignes concernées vient d'avoir lieu. Pour rappel, KOOKAI sort d'un plan social et d'une restructuration de sa logistique. Cette annonce de cession est un choc pour les salariés de cette enseigne. Après la mise en vente de la CVC, de DEFIMODE et l'arrêt de MALOLES, de nombreuses entités du Groupe s'interrogent sur leur avenir.....

Après 4 PSE chez La Halle, Kookaï, Défi Mode et André en 2015 qui ont engendré la suppression de près de 2000 postes, le groupe Vivarte continue sans complexes son strip-tease social. Il vient en effet d'annoncer son projet de cession des enseignes Kookai, Chevignon et Pataugas. Près de 1000 salariés ne savent plus de quoi sera fait leur avenir professionnel.

L'équipe CFTC craignait le pire et dénonçait déjà en 2014 le risque de démantèlement du groupe.

-

Vivarte : l'heure du découpage

                                                                           01 Juillet 2016

« Chez Vivarte, il n'y a que les PDG qui changent. La stratégie reste la même : réduire le périmètre, que ce soit en fermant des magasins La Halle ou en cédant des marques. Et toujours avec peu de considération pour les équipes, averties à l'emporte-pièce ». Propos d'un observateur averti d'un groupe qui manifestement n'est toujours pas guéri malgré les traitements de choc qui lui sont infligés depuis plusieurs saisons. Surtout, et c'est sans doute une des questions pour la suite : comment croire les directions successives qui juraient de ne pas enclencher un découpage de Vivarte ?Certes, Stéphane Maquaire, président de Vivarte arrivé sur ce premier semestre, peut dire qu'il n'est pas tenu par les propos de ses prédécesseurs. Il aurait d'ailleurs prévu de communiquer son business plan début septembre prochain, aurait-il confié à des représentants syndicaux. Mais ceux-ci quand même s'inquiètent. Ainsi, TOUS LES SYNDICATS réclament une réunion extraordinaire du Comité de Groupe auprès du nouveau DRH de Vivarte, Richard Cuif, qui les a prévenu simplement par téléphone des projets de cessions de Kookaï, Chevignon et Pataugas. En soulignant : « Cette décision est particulièrement importante, aussi bien pour les salariés de ces enseignes, dont l'avenir dépendra des engagements que vous aurez pris avec les repreneurs et des projets d'entreprises qui sous-tendent ces opérations, les salariés du groupe, avec en question vos ambitions sur le marché de l'habillement de centre-ville (la cession de Kookaï interroge les ambitions du groupe sur ce secteur) et les conséquences pour la situation économique et financière ».
Il est vrai que la communication légale était passée par les marques. « Aucune communication Comité de Groupe était obligatoire », souligne une porte-parole de Vivarte.

Pourtant, depuis des mois, beaucoup s'attendaient à la cession de ces trois marques après celles de l'unité de fabrication Compagnie Vosgienne de la Chaussure, de l'enseigne Défi Mode et de la marque Accessoire Diffusion, annoncées en début d'année.

Les signes avant-coureurs ne manquaient pas. Au premier chef, la fermeture et/ou le transfert de certains magasins bien placés de ces enseignes à d'autres enseignes du groupe comme Minelli ou Caroll notamment. Le directeur général de Chevignon soulignait d'ailleurs lui-même que la marque revenait au wholesale.Mais les pertes qu'enregistrent ces filiales sont aussi un lourd inconvénient pour engager une cession.Très concrètement, selon les données publiées, Kookaï comptait sur son exercice clos à fin août dernier des pertes de 30 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 72,5 millions ; sur l'exercice clos à fin août 2014, les pertes étaient de 13,3 millions pour un chiffre d'affaires de 94,2 millions. Chevignon a affiché à août 2015 un chiffre d'affaires de 29,68 millions d'euros pour des pertes de 6,3 millions ; fin août 2014, le chiffre d'affaires était de 31,5 millions pour des pertes de 13,4 millions. Quant à Pataugas, la marque avait gagné près de 900 000 euros sur l'exercice clos à fin août 2014 pour un chiffre d'affaires de 16,9 millions d'euros. Sur l'exercice clos à fin août 2015, la société est passée en perte, de 1,5 million, pour un chiffre d'affaires approchant les 15 millions.

Qui donc pour reprendre ? L'an dernier, des rumeurs avaient fait état d'une possible reprise de Kookaï par un des fondateurs de la marque star des années 1980. Avait aussi été cité le franchisé australien de Kookaï. Si ces marques sont aujourd'hui officiellement sur le marché, c'est que ces approches supposées n'ont pas abouti.Certains observateurs pensent à un fonds qui paierait peu cher, restructurerait et revendrait dans trois ans. A voir donc.Selon nos informations, Vivarte doit aussi gérer des conflits d'ordre juridique entre certains licenciés Kookaï et Chevignon qui n'ont pas apprécié de voir ces marques, auprès desquelles ils s'étaient engagés alors qu'elles étaient positionnées de manière sélective, se retrouver dans les Halles Vêtements.A travers des cessions, Vivarte y gagnera de son côté une diminution de ses pertes, mais aussi une contribution réduite aux frais de la holding.En tout cas, ce n'est pas la vente de ces trois marques (avec un mandat confié à Rothschild pour Kookaï et un autre à Lazard pour Chevignon, selon nos informations) qui réglera le problème du groupe de distribution spécialisée.

Il y a tout juste un an, selon nos informations, un plan de restructuration aurait été en discussions concernant la Halle Chaussures. Sans que les actionnaires et la direction de l'entreprise arrivent à se mettre d'accord sur son ampleur en tout cas.

Comme nous le signalait l'ancien dirigeant du groupe, Richard Simonin, dans une interview à FashionMag Premium le 7 mars dernier, dans le cadre de l'accord de restructuration financière, un nouveau business plan devrait être présenté d'ici fin août prochain aux actionnaires. « L'objectif du précédent plan acté lors de la restructuration financière en 2014 était de 200 millions d'euros d'Ebitda sur 2015, soulignait Richard Simonin. Cela n'a pas été atteint car, dès le départ, c'était inaccessible. Il va donc falloir faire approuver un nouveau plan à cinq ans d'ici août 2016. Différentes options sont ou seront étudiées. »
Celui-ci, dans cette interview, affirmait que, pour lui, « le découpage du groupe est loin d'être le meilleur scénario de création de valeur pour les actionnaires ».

— 

Cession de Kookaï, Chevignon et Pataugas (Vivarte): inquiétude aussi sur la logistique (syndicats)

                                                                             01 Juillet 2016

Paris, 01 juil 2016 - Les syndicats de Vivarte (La Halle, La Halle aux chaussures, André, Caroll, Minelli, San Marina...) ont souligné vendredi que la vente des enseignes Kookaï, Chevignon et Pataugas, qui comptent plusieurs centaines de salariés, allait aussi affecter la logistique, craignant des conséquences pour l'emploi.

Le groupe a annoncé jeudi son projet de cession des trois enseignes. Une porte-parole de la direction a précisé qu'il s'agissait "du tout début du processus", qui devrait durer plusieurs mois.

Mais pour les syndicats CGT, CFDT, FO et CFTC outre les conséquences pour les salariés des enseignes, se pose aussi la question de ceux de la logistique, ainsi que des services administratifs ou du siège de Kookaï, qui a rejoint celui de Naf Naf.

La logistique des trois enseignes est en effet imbriquée avec celle de Naf Naf, depuis l'intégration en mai des flux Kookaï et Pataugas, ont-ils expliqué à l'AFP. Les trois entités comptaient fin 2015, selon les chiffres du rapport du comité de groupe, 910 salariés: 600 chez Kookaï, 250 chez Chevignon et 60 pour Pataugas.

Mais selon Vivarte, elles regroupent 593 collaborateurs: 322 au sein de Kookaï, 217 chez Chevignon et 54 pour Pataugas.

Pour Kookaï, la direction ne compte pas les 90 salariés du siège, ni les salariés en CDD des magasins, a observé une source syndicale.

Au-delà, des 4 syndicats qui s'inquiètent de l'avenir du groupe. "un "démantèlement, avec une vente par appartement qui s'accélère",Vivarte est "obligé de brader des fleurons en termes de marque pour continuer à investir" dans les autres sociétés du groupe.

 "l'absence de dialogue" et "l'opacité" autour de l'annonce des ventes, faite "le 30 juin, avant le départ en vacances". Une réunion extraordinaire du comité de groupe, qui n'a pas été informé, a été demandée.

Une porte-parole de la direction a expliqué jeudi ces cessions par la volonté de Vivarte de donner à ces enseignes "les moyens de se développer".

    Vivarte: projet de cession des enseignes Kookaï; Chevignon et Pataugas


     30 Juin 2016

     

    • Paris, 30 juin 2016 - Le groupe Vivarte (La Halle, La Halle aux chaussures, André, Caroll, Minelli, San Marina...) a annoncé la mise en vente de ses enseignes Kookaï, Chevignon et Pataugas, qui comptent plusieurs centaines de salariés, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

    Nous avons simplement été informés par téléphone, sans aucun détail et Le dépeçage du groupe continue.

    Vivarte, dirigé depuis le printemps par Stéphane Maquaire, ancien patron de Monoprix, avait déjà annoncé en début d'année la cession de la Compagnie vosgienne de la chaussure (CVC, 140 salariés) et de l'enseigne Défi Mode (85 magasins, 340 salariés).

    Une porte-parole de la direction a confirmé à l'AFP le projet de cession de Kookaï, Chevignon et Pataugas, précisant qu'il s'agissait "du tout début du processus", qui devrait durer plusieurs mois, avec la recherche de repreneurs.

    • Vivarte veut donner à ces trois enseignes bénéficiant d'une forte notoriété "les moyens de se développer" en faisant en sorte qu'elles soient "adossées à un actionnaire" disposant des ressources nécessaires, faute de pouvoir lui-même soutenir fortement "chacune de ses 16 marques", a expliqué la porte-parole.

    Les nouvelles enseignes qui vont être cédées comptaient fin 2015 au total 910 salariés.

    Mais selon Vivarte, les trois enseignes regroupent 593 collaborateurs: 322 au sein de Kookaï, 217 chez Chevignon et 54 pour Pataugas.

    "Une demande de réunion extraordinaire du comité de groupe a été demandé dans les plus brefs délais afin que l'on soit au moins informé des conséquences pour les salariés".

    • Les représentants du personnel de Kookaï et Chevignon ont été informés jeudi à l'occasion de la réunion des comités d'entreprise des deux enseignes, selon la porte-parole de la direction. Les salariés de Pataugas, qui ne dispose pas d'un comité d'entreprise, ont été informés directement, a-t-elle ajouté.

    Les syndicats de Vivarte (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO et Sud) avaient dénoncé en février dans une lettre ouverte à l'ancien PDG, Richard Simonin, les difficultés du groupe qui a mis en oeuvre quatre plans de sauvegarde de l'emploi (PSE) chez La Halle, Kookaï, Défi Mode et André en 2015, avec à la clé la suppression de 1.850 postes.

    Info CFTC 30 Juin 2016

    • Composition des entreprises du Groupe et le nombre de magasins situation en Avril 2016
      —

                                                                                     30 Juin 2016

    ANDRE 132 MAGASINS
    BESSON 126
    CAROLL 141
    CEC 687
    LA HALLE VÊTEMENTS 351
    MINELLI 138
    NAF NAF 157
    SAN MARINA 234


    Entreprise cédées

    CHEVIGNON 40
    PATAUGAS 4
    KOOKAI 64

    Entreprise en attente d'être cédé ou de fermeture

    DEFI MODE 87

    —  Rencontre avec Stéphane Maquaire —

                                                                                     30 Juin 2016

    Stéphane Maquaire nouveau PDG du groupe qui a pris ses fonctions le 19 Avril 2016  invite l'ensemble des organisations syndicales a une rencontre le lundi 4 juillet à 10 heures au siège social. Pas d'ordre du jour ? Aucunes informations sur l'objet de cette invitation .... Nous ne manquerons pas, bien sur, de vous tenir au courant de cette entrevue.











     

       Représentativité Groupe

                                                                                    27 Juin 2016
       

      La représentativité des organisations syndicales au niveau du groupe vient d'être calculée. Le syndicat CFTC des Salariés Vivarte est le seul syndicat a avoir progressé considérablement, tandis que la CGT, CFDT et Force ouvrière sont largement en perdition. Cette progression significative est le fruit du travail des militants CFTC sur le terrain et de la reconnaissance de ce travail par les salariés de chez Vivarte.

       

        Naf Naf se remet à la mode enfant


                                                                                        23 Juin 2016

         
        • Au tour de Naf Naf de s'emparer de la thématique mère-fille. L'enseigne de prêt-à-porter du groupe Vivarte lancera en septembre prochain une capsule de pièces femme déclinées pour la fillette. Une catégorie que Naf Naf a déjà développé par le passé, mais à destination d'autres canaux de distribution, comme les multimarques ou les magasins La Halle sous le nom N by Naf Naf. Mais cette fois, c'est bien dans son réseau de boutique que l'enseigne testera son potentiel sur le marché enfant
          • Pour la rentrée en septembre, Naf Naf a donc prévu de mettre en vente une mini-ligne de cinq à six produits en tailles 10 et 12 ans. Des modèles tout droit inspirés de pièces de la collection femme, c'est-à-dire principalement des robes accompagnées d'un perfecto en cuir. Une capsule « Le petit méchant look », qui décline le concept des « grands méchants looks » pour la mère et la fille en somme.
          On devrait la retrouver dans environ la moitié du parc de boutiques Naf Naf, qui recense à ce jour 180 magasins en France.

        —   A quand un Vrai Management !!!—

                                                                                               21 Juin 2016

         

        Depuis des années les élus CFTC des salariés Vivarte ont crié hauts et forts que les prix sont trop élevés que les marques ne sont pas le critère de choix des clients des Halles O Chaussures et 0 Vêtements, que la mise en place des produits par marque est une hérésie. Le Management commercial et opérationnel ne voulait pas écouter les remarques des militants CFTC qui sont sur le terrain (sans doute un problème d'égo), il s'est entêté dans ses choix qui ont contribué et accentué la baisse de l'EBITDEA et la baisse de fréquentation dans les magasins. Notre métier est le discount, il faut pas sortir de Saint-Cyr ou avoir fait les grandes écoles pour comprendre cela.

        Depuis des années, la pression est sur les frais de personnel pour tenter désespérément d'augmenter les résultats sans jamais y parvenir. Un management à l'écoute des salariés qui sont face à la réalité du terrain serait certainement plus profitable pour l'entreprise!

        • Bientôt une nouvelle directrice des collections pour  La  Halle chaussures & maroquinerie

         

                                                                                           15 Juin 2016

        Valérie Mory remplacera, à compter du 1er juillet 2016, Léna François au poste de directrice des collections pour La Halle chaussures & maroquinerie.

        —  Eric CAPEL quitte le navire—

        08 Juin 2016

        Eric Capel quitte le groupe Vivarte. Il était l'ancien directeur Logistique du dépôt CEC Issoudun de décembre 2001 à décembre 2005 et fût le directeur commercial de KOOKAÏ jusqu'à maintenant.

          La CEC et Son PDG condamné en correctionnel.

                                                                                           06 Juin 2016

           

          Le tribunal correctionnel de Paris à condamné la CEC à 8000€ et son PDG Nicola Téti à 4000€ d'amende pour avoir utilisé à tort la dénomination "Magasin d'usine" à Roubaix (59).

          La législation prévoit que tous les produits vendus dans un magasin d'usine doivent être de l'année ou de la collection précédente, ce qui n'était à l'évidence pas le cas.

          Pour le tribunal, la Halle O Chaussures fausse la concurrence et ne respecte pas la loyauté dans l'exercice du commerce.

          (sources AFP et le Parisien)

            Nouvelles fermetures de magasin à la CEC

                                                                                            05 Juin 2016
             

            Nous venons d'être informé qu'une réunion du Comité Central d'Entreprise extraordinaire doit se tenir le 16 juin. L'ordre du jour de cette réunion serait la fermeture de 5 magasins d'ici la fin Aout. Parmi ceux ci il y aurait les magasins de Valenton et de Grigny tous deux situés en région parisienne. Pour les autres magasins à aujourd'hui nous n'avons pas d'information.

            Le 3 décembre dernier, la direction de la CEC avait annoncé un plan de fermeture pour 16 magasins concernant 70 salariés de l'enseigne. Au cours de la présentation de ces fermetures et au vu de l'inquiétude des représentants du personnel, le DRH Ludwig Rabotin avait affirmé aux représentants du personnel qu'il n'y aurait pas d'autres fermetures sur l'exercice.

            Les militants CFTC des Salariés Vivarte étaient septiques sur les engagements et sur la fiabilité des propos tenus par la direction; celle-ci a confirmé le peu de crédibilité de sa parole.

            Si vous faites parti du personnel concerné par les fermetures, n'hésitez pas à nous contacter?

            —  

            Chevignon et Louis Pion nouent une alliance horlogère

                                                                                         02 Juin 2016

            Chevignon et Louis Pion, l'enseigne horlogère filiale du groupe Galeries Lafayette, lancent ensemble deux modèles de montres. Ces pièces, pensées par la marque masculine du groupe Vivarte et réalisées par Louis Pion, se déclinent en deux coloris : l'une avec un bracelet de cuir noir et l'autre marron.
            Les montres arborent une silhouette rétro directement inspirée de l'aviation. La montre Remember Chevignon x Louis Pion est disponible depuis le 2 juin dans les boutiques Louis Pion et Chevignon, et sur le site des deux enseignes.

            —E-commerce : 180 BigBoss mettent le cap sur la Crête

                                                                                              01 Juin 2016

             
            • Les BigBoss du e-commerce tiendront leur 6ème édition en Crête, réunissant 180 dirigeants et des marques et portails, et 60 prestataires sponsorisant l'événement. Une destination divulguée à seulement 48h du départ, soulignant une nouvelle fois le caractère totalement atypique du rendez-vous de networking.Et bon nombre de grands noms de la mode ont répondu présent pour dénicher des solutions innovantes pour leurs portails. Seront ainsi présents 3 Suisses, American Vintage, Celio, Chanel, Chaussea, Courir, Damart, Eden Park et Les Petites. Mais également Lollipops, Puig, SMCP, Sergent Major, Swatch, Tati et le groupe Vivarte (La Halle, Chevignon, André...).
              Les pure players français de la vente en ligne seront également bien représentés, avec la présence de dirigeants de Bazarchic, Bandalley, Envie de Fraise, Groupon, Menlook, ShowroomPrivé, The Other Store ou Vide Dressing. Sans oublier la beauté, avec des noms incontournables comme Clarins, L'Oréal, Marionnaud et Yves Rocher. Autant de portails cumulant un chiffre d'affaires de 20 milliards d'euros.
              • Dans un cadre de détente (ski l'hiver, plage l'été), les rendez-vous BigBoss sont dans les faits millimétrés pour permettre aux e-commerçants de rencontrer des prestataires répondant à leurs besoins individuels. Au-delà d'une rencontre initiale sous forme de speed dates, les séjours ont ensuite pour vocation de renforcer les relations entre professionnels. Les précédentes éditions ont permis la signature de contrats pour un montant cumulé de 22 millions d'euros.

              André confie à Camille Daurel son nouveau studio interne

                                                                                              31 Mai 2016

              André veut renforcer son discours style. Quelques mois après l'arrivée de Pascal Poulain, le directeur général chargé par le groupe Vivarte de redynamiser le chausseur, André se dote d'un bureau de création interne. Celui-ci est piloté depuis la fin mai par Camille Daurel.

              La nouvelle responsable style du chausseur avait auparavant exercé la même fonction pendant cinq ans chez Mellow Yellow, avant de cofonder la marque C.Petula dont elle était la directrice artistique. Cette aventure terminée, elle rejoint donc André pour apposer sa patte sur les collections.Pour l'enseigne, qui recense 200 points de vente, c'est une nouvelle démarche que d'avoir un studio interne, cette structure étant jusqu'alors externe. Elle compte ainsi s'assurer de l'exclusivité de ses modèles et muscler le style des collections.
              Après des turbulences en 2015 et des fermetures de magasins liées à la situation délicate du groupe Vivarte, André poursuit l'extension de son nouveau concept boutique tout en se positionnant davantage comme une marque. Une direction déjà indiquée par le passé, mais sans que le style soit placé au coeur de la stratégie. Les efforts de modernisation s'étaient d'abord portés sur l'identité visuelle de l'enseigne et de ses points de vente. Le chausseur du groupe Vivarte modifie sa stratégie style : alors qu'il n'avait jusque-là qu'un studio externe, André se dote d'un bureau de création interne dirigé par Camille Daurel, nommée responsable style.

              Une politique commerciale dangereuse pour les salariés de LA HALLE   —

                                                                                         31 Mai 2016

              Les salariés de la CEC subissent depuis plusieurs années une stratégie commerciale dangereuse pour leur santé, due à la multiplicité des opérations promotionnelles, incompréhensibles aussi bien pour les équipes que pour les clients. Il arrive qu'un même produit fasse partie de plusieurs opérations commerciales à des prix différents... Cette cacophonie promotionnelle est à l'origine de tensions entre clients et salariés. Dernièrement, nous avons recensé plusieurs agressions verbales et même physique liée directement à la désorganisation du service commerciale!

              Les membres CFTC aux CHSCT ont mis ce point à l'ordre du jour de leur prochaine réunion qui doit se dérouler en juin.

              De nombreux salariés de la C.E.C sont en attente d'une solution définitive à ce problème pour pouvoir travailler dans de meilleures conditions, et se consacrer pleinement à leur métier de commerçant.

              De nouveaux départs

                                                                                                21 Mai 2016

               

              L'information nous a été communiquée hier. Plusieurs cadres quittent le groupe, il s'agit de la DRH groupe Jocelyne Vassoille qui depuis plusieurs mois ne participait plus à aucune réunion; elle faisait partie du staff mis en place par Marc Lelandais,; Philippe Pastor quitte également le groupe il était directeur général de la division chaussures de marque et était arrivé à l'époque de Georges Plassat en 2008. Et pour finir Léna Francois directrice des achats pour la CEC qui avait également été mise en place par Marc Lelandais quitte également.Des niveaux hiérarchiques sont supprimés et des regroupements sont actuellement en cours...

              -

              Mapic Italy : édition inaugurale les 24 et 25 mai

                                                                                          18 Mai 2016
               Fort du succès de son rendez-vous cannois, le salon de l'immobilier commercial tiendra sa première déclinaison italienne à Milan les 24 et 25 mai. Il comptera 33 sociétés exposantes tandis que plus de 300 sociétés ont annoncé leur présence, dont une centaine de marques et groupes de mode.A l'image de son grand frère français, Mapic Italy sera également rythmé par nombre de conférences, tables rondes et keynotes. Des rendez-vous qui évoqueront notamment l'attractivité du marché italien pour les investisseurs et enseignes étrangères, donnant la parole à des dirigeants de Jill, CBRE, OVS, Gallerie Commerciali, et bien sur le Conseil italien des Centres Commerciaux (CNCC).
              Pour cette première édition, qui vise les 800 visiteurs, exposeront d'ailleurs notamment Carrefour, Gallerie Commerciali Italia, IGD, Larry Smith, Svicom, Sonae Sierra et CBRE, ainsi que Cogest, JLL, Eurocommercial, Multi, McArthur Glen, Promos, ECE et Generali.
              Côté visiteurs, parmi les entreprises ayant déjà confirmé leur présence, figurent Fast Retailing (Uniqlo), Adidas, Vivarte, Beaumanoir, Bestseller, C&A, Celio, Chevignon, Zadig & Voltaire, American Vintage, Desigual et Dolce&Gabbana. Mais également Foot Locker, Gap Inc., Etam Group, Zannier, Kiabi, Michael Kors, Minelli Miroglio, Naf Naf, OVS, Paganini, Parfois, Primadonna et Promod.
              « Cette première édition du Mapic Italy s'annonce très prometteuse, aussi bien en termes de qualité qu'en nombre de participants », se félicite Nathalie Depetro, directrice du Mapic et du Mapic Italy. « Ce sera une opportunité unique de mettre en lumière le secteur de l'immobilier commercial italien. Je suis impatiente de découvrir les discussions, débats et transactions qui auront lieu en mai au Superstudio Più. »

              Rencontre avec Stéphane Maquaire  —

                                                                                                15 Mai 2016

               

              Le rendez-vous avec Mr Maquaire a bien eu lieu comme prévu Nous avons évoqué les difficultés que les salariés rencontrent sur le terrain, les incohérences, les problèmes commerciaux, le manque de visibilité, le mal-être ressenti par toutes les équipes, la stratégie qui a été mise en application depuis 2012 et les pertes que les différentes politiques ont fait subir à toutes les enseignes du groupe.

              Il nous a écouté durant 1 heure, nous espérons avoir été entendu, maintenant nous restons attentifs sur les suites qu'il donnera aux échanges qu'il a eu avec les syndicats, souhaitons qu'il ne continue pas à niveler par le bas. A suivre...

              COURAGE FUYONS  —

                                                                                             14 Mai 2016

               

              D'après des informations que nous avons qui sont à confirmer deux RRH de la CEC quitteraient le groupe courant juillet!

              Au fil des mois nous voyons l'encadrement des filiales quitter Vivarte, ils ne sont souvent pas remplacés faute de candidats sans doute, où les remplaçants ne font que quelques mois et partent!

              Depuis plusieurs mois les deux plus grosses entités du groupe n'ont plus de Directeur Général; A LA HALLE! les DRH se succèdent et ne se ressemblent pas, comment peut on avoir une politique sociale et commerciale cohérente avec une gestion réalisée par des CDD sans plan stratégique?

              Aujourd'hui c'est le DRH de la CEC qui gère en intérim LA HALLE!

              Une entreprise ne peut pas avoir un avenir sans plan stratégique ni dirigeant, les actionnaires veulent peut-être mettre le groupe en cogestion, ou simplement le liquider?

                    La-Halle-bataille-juridique-perdue-pour-la-CFDT-

                                                                                                  12 Mai 2016

              -

              PETIT COMPTE RENDU REUNION COMITE DE GROUPE AVEC STEPHANE MAQUAIRE

                —

                                                                                            27 Avril 2016

              Le 26 Avril 2016 s'est tenu la première réunion du comité de groupe de Stéphane Maquaire nouveau PDG du groupe qui vient de prendre ses fonctions plutôt que prévu en remplacement de Richard Simonin, qui a été remercié par les actionnaires (du moins nous le supposons), puisque Stéphane Maquaire 42 ans ancien PDG de Mono Prix devait prendre celles-ci le 09 Mai. Etaient présents pour la Direction : Jean-Jacques DOEBLIN, DRH Groupe, Jacques CULLIONI, Directeur financier Groupe, le cabinet Sextant et l'ensemble des organisations syndicales.

              Ce que nous pouvons dire au premier abord concernant ce quatrième PDG du groupe, en l'espace de 5 ans c'est un 2 ème Marc Lelandais, mais avec moins de carisme et qu'il ne fera pas dans la dentelle, puisqu' à deux reprises il nous a lâché, qu'il y aura sûrement au fil du temps des compromis avec les partenaires sociaux. ( Cela veut dire pour nous, que des bras de fer sont attendus au fil de son mandat que les actionnaires lui ont confié. Stéphane Maquaire s'est donc présenté,de façon « Marc Lelandais », faisant référence à son parcours initial, nous retraçant ses années passées au service de Monoprix et justifiant de son choix délibéré de rejoindre notre groupe ( un défi qu'il se lance ).


              Nous pensons que ce n'est pas Stéphane Maquaire qui dirigera le groupe mais plutôt Pierre-Antoine Gailly ancien fleuron du french cancan ( Moulin Rouge et Lido, a une certaine époque ). Celui -ci donnera surement les directives à Stéphane Maquaire. (voir Pédigree de ce Mr sur le site web) . Pierre-Antoine Gailly a été nommé à la présidence du conseil d'administration au sein du groupe, par les actionnaires dirigeants. Stéphane Maquaire se donne cent jours à peu près pour analyser la situation du groupe.Il est trop tôt pour dire où le groupe se dirige désormais. Et surtout, quelles enseignes cette fois-çi va trinquer si il y a lieu ? Il nous présentera sa feuille de route en Septembre 2016 et surtout sa stratégie, mais nous pensons qu'il y aura encore de la casse au sein du groupe Vivarte, malgré les choix qu'il aura fait. Certaines enseignes au sein du groupe sont dans le rouge à l'heure ou nous écrivons ce résumé, la concurrence sur le marché est rude et il faudra malheureusement à un moment donner se serrer une fois de plus, les coudes et être à la fois solidaire, car la bataille est loin d'être gagnée avec ce genre d'individus.

              Car comme Stéphane Maquaire nous a fait comprendre, les enseignes qui ne marcheront pas auront de gros soucis . Lesquels? on vous les laisse deviner..

              Pour le dépôt logistique Issoudun, Richard Simonin s'était engagé a débloquer les fonds nécessaires avec le budget d'investissement et à remettre aux normes le dépôt, si celui-ci s'agrandissait pas. Stéphane Maquaire n'a pas souhaité développé sur ce sujet, suite à nos questions et reviendra plus tard, (surement au mois de septembre ) pour y répondre. Une première réunion avec Stéphane Maquaire qui nous laisse, toute fois, perplexe pour l' avenir du groupe Vivarte !!!